Anxiété ou dépression

Une première analyse des personnes suivies par le Dr Peignard en TCC (démarche thérapeutique dans la prise en charge cognitive et comportementale de l'acouphène) montre que la majorité des patients présente une absence de symptômes dépressifs(54°/°) et par contre un niveau de symptômes anxieux avéré (62,1°/°)selon l'échelle HAD.

Par contre plus le symptôme acouphénique est sévère plus on observe une symptômatologie dépressive. Les anxieux avérés souffrant d'un acouphène sévère voient leurs troubles anxieux évoluer vers des troubles dépressifs.

En fait les acouphéniques sont en quelque sorte des" anxieux" qui "dépriment" si la sévérité de l'acouphène augmente.La dépression serait consécutive à l'anxiété et se déclencherait à partir d'un certain niveau d'anxiété.

Ainsi en se référant au fait que des régions cérébrales impliquées dans l'attention et les émotions sont associées à la perception de l'acouphène, on va chercher,  par l'entraînement sophrologique, à empêcher le signal anormal d'atteindre le niveau cortical et à s'opposer à l'activation du système nerveux autonome comme du système émotionnel, afin de faciliter l'habituation à la perception et aux réactions qu'elle engendre.
Il faut 12 séances étalées sur une durée de 3 mois pour montrer une amélioration significative de la détresse des patients.

 

Frédérique Pezrès-Sophrologue
Paris 17 et Paris 8
Tél: 0630355706 - FSophrologue@gmail.com
http://www.un-sophrologue.fr

© Copyright 2004-2011 - CMS Made Simple Ce site est propulsé par CMS Made Simple