Aspects psychologiques

L'organisation nerveuse permettant la perception auditive chez l'humain est à l'origine du langage, donc de la pensée élaborée. Ainsi la perturbation de l'audition par la perte auditive et ou par la perception d'un signal aberrant (acouphène) exerce une influence considérable sur le fonctionnement intellectuel et émotionnel de l'individu.

Les patients rapportent souvent l'apparition d'un évènement stressant au moment ou dans les semaines qui précèdent l'apparition de ce signal.

D'ailleurs la souffrance liée à l'acouphène est souvent proportionnelle à la quantité de stress et de fatigue éprouvée par les patients dans leur vie de tous les jours.

Les facteurs psychologiques sont prépondérants dans la pérennisation de l'acouphène en empêchant les processus d'habituation de se mettre en place.

En effet comme toute perception ou symptôme le système nerveux central réalise une interprétation psychologique de l'acouphène.
Ce symptôme acquiert donc une signification émotionnelle particulière.

D'autre part, la structure de la personnalité d'un individu semblerait constituer un terrain psychologique favorable à l'émergence de l'acouphène, également à son comportement face à cette perception auditive.

L'acouphène co-existerait parfois avec des psycho-pathologies comme l'anxiété et la dépression. Une étude réalisée en 2001 rapporte que les patients présentant un risque élevé de développer un acouphène sévère et chronique seraient ceux pour qui il existe un risque élevé de désordres dépressifs et ou anxieux.


En conclusion il est nécessaire de prendre en compte l'environnement psychologique et la personnalité du patient acouphénique pour mieux comprendre l'intensité de sa gêne.


Frédérique Pezrès-Sophrologue
Paris 17 et Paris 8
Tél: 0630355706 - FSophrologue@gmail.com
http://www.un-sophrologue.fr

© Copyright 2004-2011 - CMS Made Simple Ce site est propulsé par CMS Made Simple